Thèse

barre verte

Chasseurs d'Afrique. Thèse de Maxime Michaud

Chasseurs d’Afrique
Safari de chasse et quête du sauvage

Dès le XVIIIème siècle, l’Afrique a constitué, pour les Européens, un terrain de chasse privilégié. La pratique du voyage de chasse s’est maintenu des grandes expéditions du XIXème siècle au tourisme cynégétique contemporain.

D’un point de vue anthropologique, cette pratique met en jeux un grand nombre de questions : rapport au monde sauvage, représentations coloniales, relations interculturelles, etc. En essayant de comprendre les raisons de cette association persistante entre le continent africain et la chasse, nous souhaitons mettre en évidence les représentations symboliques sous-jacentes à l’activité de ces chasseurs, ainsi que les conséquences sur la pratique. Nous nous intéressons également à la contagion de ces représentations que l’on retrouve notamment dans la pratique du safari-photo et dans la plupart des documentaires animaliers portant sur les animaux d’Afrique.

Le point de vue résolument diachronique implique une multiplication des sources : à l’observation participante dans deux zones de chasse du nord Bénin, autour du Parc du W, s’ajoute l’étude des récits de chasse, des magazines spécialisés, des supports publicitaires et de l’importante production littéraire et cinématographique sur le sujet.Ce sujet de recherche se veut éminemment contemporain, en ce qu’il interroge particulièrement les différentes dimensions du rapport à la nature dans le monde d’aujourd’hui. Le tourisme cynégétique, objet de conflits, est un révélateur d’une partie des représentations sur les questions environnementales qui traversent les sociétés dans un cadre mondialisé : son étude permet ainsi d’aider à mieux comprendre les enjeux que pose la prise d’importance de l’environnement dans les activités humaines.
barre_marron
Sommaire et résumé de la thèse en PDF
pdf_telecharger